Pourquoi cotiser à un REER ?

Une stratégie éprouvée pour épargner en vue de la retraite

Partager

Il existe de nombreuses solutions d'épargne en vue de la retraite. Certains Canadiens bénéficient d'un régime d'épargne-retraite offert par leur employeur, ce qui leur permet de faire des cotisations supplémentaires souvent bonifiées par des cotisations patronales de contrepartie. De façon globale, deux options s'offrent aux particuliers qui souhaitent épargner : un compte enregistré ou un compte non enregistré.


Les régimes d'épargne enregistrés, par exemple le compte d'épargne libre d'impôt (CELI) ou le régime enregistré d'épargne-retraite (REER), sont des régimes « enregistrés » auprès de l'Agence du revenu du Canada (ARC). Cela signifie que l'ARC décide combien vous pouvez cotiser à ces régimes chaque année, dans quels produits vous pouvez investir (fonds communs, fonds négociés en bourse (FNB), CPG, actions et obligations) et dans quelle mesure les retraits seront assujettis à l'impôt.

Les comptes de placement non enregistrés n'offrent pas les économies d'impôt ni les avantages liés au report d'impôt des placements enregistrés. Ce type de compte vous donne facilement accès à votre argent et vous êtes entièrement libre de décider des sommes que vous investissez ou que vous retirez, mais tous les revenus de placement sont imposables.

De nombreux Canadiens choisissent les REER pour épargner en vue de leur retraite. Voici pourquoi :

Avantages fiscaux

Les REER offrent des avantages fiscaux importants. Premièrement, vous pouvez déduire les cotisations que vous y versez du calcul de votre revenu imposable, ce qui vous procure un avantage fiscal immédiat. Aussi, plus vous cotisez à votre REER et plus votre taux marginal d'imposition est élevé, plus vous bénéficiez d'un avantage fiscal important.

Notez toutefois que vos cotisations sont assujetties à un plafond annuel. Pour l'année 2017, vous pouvez verser 18 % du revenu gagné l'année précédente, jusqu'à concurrence de 26 010 $, moins le facteur d'équivalence, plus tout droit de cotisation inutilisé des années antérieures.

De plus, les revenus et les gains que vous obtenez de placements détenus au sein de votre REER pourront croître à l'abri de l'impôt jusqu'à ce que vous commenciez à retirer des fonds de votre REER ou FERR, une fois à la retraite. C'est à ce moment seulement que tous les retraits sont imposés en tant que revenu ordinaire au taux marginal d'imposition. La situation peut néanmoins être avantageuse pour vous, puisque votre tranche d'imposition sera probablement moins élevée au moment où vous ferez ces retraits que lorsque vous travaillez. Vous pourriez en outre vous prévaloir des stratégies de fractionnement du revenu entre les conjoints.

Vous savez ce à quoi votre argent est destiné

Même si vous avez fait croître votre REER de façon efficace pendant des années, il pourrait être tentant d'y avoir recours pour combler des besoins à court terme. Si une dépense substantielle et imprévue devait survenir, vous pourriez être tenté de puiser à même votre épargne-retraite accumulée dans un CELI ou dans des placements non enregistrés. Si vous tentez de faire de même avec votre REER, vous pourriez être pénalisé de plusieurs façons. Vous serez tout d'abord assujetti à un taux de retenue pouvant aller jusqu'à 30 %, puis vous perdrez le droit de cotisation associé à ces fonds de façon permanente.

Cela dit, il existe quelques autres moyens de tirer parti de votre REER.

Le Régime d'accession à la propriété vous permet de retirer jusqu'à 25 000 $ de votre REER pour financer l'achat ou la construction de votre première maison. Vous avez 15 ans pour rembourser la somme retirée, à compter de la deuxième année suivant l'achat (ou la construction) de votre maison.

Le Régime d'encouragement à l'éducation permanente vous permet d'emprunter 10 000 $ par année de votre REER (jusqu'à concurrence de 20 000 $ en quatre ans) pour retourner à l'école à temps plein, à condition que votre établissement d'enseignement soit admissible en vertu des critères du régime. Certaines modalités de remboursement précises s'appliquent aussi à ce régime.

Pour obtenir plus de renseignements sur les stratégies de placement visant à maximiser l’épargne, communiquez avec votre conseiller financier.


Le présent document a été préparé par RBC Gestion mondiale d’actifs Inc. (RBC GMA) aux fins d’information uniquement. Il n’a pas pour objectif de fournir des conseils juridiques, comptables, fiscaux, financiers, liés aux placements ou autres, et ne doit pas servir de fondement à de tels conseils. Les renseignements contenus dans les présentes ont été puisés à des sources jugées fiables, mais leur exactitude ne peut être garantie. Veuillez consulter votre conseiller et lire le prospectus ou le document Aperçu du fonds avant d’investir. Les placements en fonds communs peuvent entraîner des commissions, des frais de suivi et des frais et dépenses de gestion. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leurs rendements antérieurs ne sont pas nécessairement répétés. Les fonds RBC, les fonds BlueBay et les fonds PH&N sont offerts par RBC Gestion mondiale d’actifs Inc. et distribués par des courtiers autorisés.

® / MC Marque(s) de commerce de Banque Royale du Canada, utilisée(s) sous licence. © RBC Gestion mondiale d’actifs Inc., 2017.

REER et CELI

Les concepts de base

En savoir plus

L’importance de commencer tôt

Faites jouer le temps en votre
faveur en commençant
à épargner tôt en vue
de la retraite

En savoir plus

L’abc des FERR

Renseignez-vous sur
cette option de
revenu de retraite

En savoir plus

Portefeuilles de Retraite RBC

Une solution de retraite conçue avec une extrême précision

En savoir plus