Investissement responsable : L'évolution de la propriété

L'investissement responsable, pratiqué depuis plus de 30 ans, a considérablement évolué sur les plans de la complexité et de la diversité des approches. Investissement responsable : l'évolution de la propriété explore les conclusions tirées du sondage mené en 2017 par RBC GAM auprès de propriétaires de fonds institutionnels et d'experts-conseils en placement aux États-Unis, en Europe et au Canada pour connaître leur attitude envers l'investissement responsable et l'intégration des critères ESG.


FAITS SAILLANTS MONDIAUX


L'investissement fondé sur les critères ESG est un phénomène mondial

À l'échelle mondiale, 67 % des répondants tiennent compte des principes ESG dans leur approche de placement. Les investisseurs d'Europe (85 %) sont plus nombreux que ceux du Canada (73 %) et des États-Unis (49 %) à intégrer l'analyse fondée sur les critères ESG à leur approche.

La présence ou l'absence de mandats est un facteur essentiel

La principale raison (51 %) citée par les investisseurs institutionnels qui n'intègrent pas l'analyse fondée sur les critères ESG est le manque d'exigences sur ce plan de la part de leur conseil d'administration. Les autres raisons les plus fréquemment citées sont l'imprécision de la proposition de valeur, ainsi que la préférence prépondérante pour l'analyse financière. Fait intéressant, les raisons inverses ont été citées par ceux qui ont adopté l'analyse fondée sur les critères ESG ; ils le font en raison de la proposition de valeur claire qu'elle offre, de leur préférence pour l'utilisation de multiples facteurs d'analyse dans le processus de placement, et de leur volonté de respecter le mandat clair donné par leur conseil d'administration ou les directives de placement.

L'analyse fondée sur les critères ESG comme outil de placement

Trente-deux pour cent des répondants à l'échelle mondiale ont affirmé qu'ils ne considèrent pas l'utilisation des facteurs ESG comme moyen d'atténuer le risque pour leurs portefeuilles, tandis que 20 % sont dans l'incertitude sur ce plan. Quarante-six pour cent des répondants ne considèrent pas l'utilisation des facteurs ESG comme moyen d'accroître le rendement, et 30 % sont dans l'incertitude sur ce plan. Cette incertitude ouvre la voie à des occasions pour les gestionnaires de placements qui utilisent l'analyse fondée sur les critères ESG afin de créer de la valeur pour leurs clients.

Mauvaise qualité de l'information

Dans toutes les régions visées par le sondage, la majorité des investisseurs institutionnels qui emploient les critères ESG ne sont pas satisfaits de l'information transmise par les sociétés concernant les paramètres ESG. Aux États-Unis et au Canada, les investisseurs préfèrent laisser aux actionnaires le soin de proposer des moyens d'améliorer la communication d'information. Les investisseurs européens préfèrent que ce soit imposé par les organismes gouvernementaux de réglementation.

Diversité des genres

Dans chaque région sondée, une vaste majorité d'investisseurs institutionnels affirment accorder de l'importance à la diversité des genres au sein des conseils d'administration, soit 71 % aux États-Unis, 80 % au Canada et 68 % en Europe. Comme pour l'information liée aux paramètres ESG, les investisseurs européens préfèrent que ce soient les organismes gouvernementaux de réglementation qui exigent la diversité des genres. À ce chapitre, les investisseurs américains préfèrent nettement que cette réglementation soit dictée par la dynamique du marché. Quant aux investisseurs canadiens, la préférence va à la fois aux propositions des actionnaires et à la dynamique du marché.

Modification du comportement des sociétés

Dans le contexte du mouvement visant l'élimination des combustibles fossiles, seulement 6 % des répondants à l'échelle mondiale estiment que le désinvestissement est plus efficace que l'engagement. Aux États-Unis et au Canada, l'engagement est perçu comme plus efficace que le désinvestissement. Le tiers des Européens sont d'accord avec cet énoncé, mais ils sont aussi nombreux à estimer que le désinvestissement et l'engagement sont aussi efficaces l'un que l'autre. Concernant les exclusions en général, 48 % des répondants européens considèrent que le tri négatif peut s'appliquer à tous les types d'investisseurs, alors que moins du tiers des répondants américains et canadiens sont d'accord avec cet énoncé.


TÉLÉCHARGER LE RAPPORT

TÉLÉCHARGER LES DONNÉES DU SONDAGE


DÉFINITION DE L'INVESTISSEMENT RESPONSABLE


Intégration des critères ESG

Utilisation des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans l'analyse fondamentale pour déterminer les sources potentielles de rendement alpha ou de réduction du risque.


Investissement socialement responsable

Investissement d'impact
Affectation de fonds visant à générer à la fois un rendement financier et un impact positif mesurable sur les plans social et environnemental.

Tri positif
Utilisation de critères ESG pour sélectionner des entreprises ou des secteurs en particulier.

Tri négatif
Utilisation de critères ESG pour exclure des entreprises ou des secteurs en particulier.

Approche à thématique durable
Établissement de portefeuilles comprenant uniquement des placements qui respectent des critères ESG précis.


Engagement

Volonté d'influencer le comportement des sociétés par l'engagement direct, les propositions des actionnaires et le vote par procuration.

* Toute référence à RBC GMA peut comprendre une entité ou plus parmi les suivantes : RBC Gestion mondiale d’actifs Inc. (y compris Services de placement PH&H - Phillips, Hager & North Investment Management), RBC Global Asset Management (U.S.) Inc., RBC Global Asset Management (UK) Limited et la division de gestion d’actifs RBC Investment Management (Asia) Limited.