Investissement responsable : L'évolution de la propriété – RBC Gestion mondiale d'actifs

Investissement Iesponsable

Planifier un avantage durable

L'investissement responsable, mis en œuvre depuis plus de 30 ans, a considérablement gagné en complexité et en diversité des approches. Le rapport Investissement responsable : Paver la voie à un avantage durable examine les conclusions tirées du sondage 2018 de RBC GMA, mené auprès de propriétaires d'actifs institutionnels et d'experts-conseils en placement aux États-Unis, au Canada, en Europe et en Asie et visant à connaître leur opinion au sujet de l'investissement responsable et de l'intégration des critères ESG.

FAITS SAILLANTS MONDIAUX

Le rendement est devenu un argument de vente determinant
38 %

Selon 38 % des répondants au sondage de 2018, l'intégration des critères ESG peut contribuer à générer de l'alpha.

Il s'agit d'une progression considérable par rapport au pourcentage de 2017, qui était de 24 %. Seulement 20 % des répondants en 2018 ne croient pas que l'intégration des facteurs ESG soit une source d'alpha. Parallèlement, le niveau d'incertitude à l'égard de la pertinence des critères ESG en tant que source d'alpha demeure élevé : 42 % des répondants sont toujours incertains.


L'investissement responsable est de plus en plus considéré comme une responsabilité fiduciaire

Plus de 50 %

des répondants qui intègrent les critères ESG à leur stratégie d'investissement, soit le double de l'an dernier, estiment qu'il s'agit là de leur responsabilité fiduciaire.



La diversité des genres au sein des conseils d'administration occupe toujours une place importante

42 % Quarante-deux pour cent des investisseurs institutionnels considèrent que les propositions d'actionnaires offrent un moyen efficace de parvenir à la diversité des genres au sein des conseils d'administration. Dans le sondage de l'an dernier, ce sont les « tendances du marché » qui étaient considérées comme l'approche préférable. De plus, cette année, nous avons demandé aux répondants de préciser leurs cibles en matière de diversité, et nous avons pu constater que 63 % sont en faveur de cibles non contraignantes et, de ce nombre, 64 % préconisent une cible supérieure à 30 %.



L'application des critères ESG ne se limite pas aux actions

Certes, les actions demeurent une priorité puisque la majorité des investisseurs institutionnels ayant participé au sondage (84 %) incorporent les critères ESG à leur processus. Par contre, le sondage montre également que l'analyse fondée sur les critères ESG va au-delà des actions puisque 60 % des répondants l'intègrent à leurs portefeuilles de titres à revenu fixe, 43 % aux placements immobiliers, 36 % à l'infrastructure et 34 % aux actifs alternatifs.



DÉFINITION DE L'INVESTISSEMENT RESPONSABLE

Intégration des critères ESG

Utilisation des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans l'analyse fondamentale pour déterminer les sources potentielles de rendement alpha ou de réduction du risque.


Investissement socialement responsable

Investissement d'impact

Affectation de fonds visant à générer à la fois un rendement financier et un impact positif mesurable sur les plans social et environnemental.

Tri positif

Utilisation de critères ESG pour sélectionner des entreprises ou des secteurs en particulier.

Tri négatif

Utilisation de critères ESG pour exclure des entreprises ou des secteurs en particulier.

Approche à thématique durable

Établissement de portefeuilles comprenant uniquement des placements qui respectent des critères ESG précis.


Engagement

Volonté d'influencer le comportement des sociétés par l'engagement direct, les propositions des actionnaires et le vote par procuration.

Les critères d'exclusion c. l'intégration des critères ESG et la communication
À mesure que l'investissement responsable a pris de l'ampleur, le dialogue sur la façon d'intégrer ses principes à un portefeuille est passé de l'application de critères d'exclusion (portant notamment sur les titres « du vice » liés à l'alcool, au tabac et aux armes) à toute une gamme d'approches mettant davantage l'accent sur la communication avec les entreprises comme moyen d'influencer leur comportement. Lorsqu'on a demandé, dans le cadre du mouvement qui vise à s'affranchir des combustibles fossiles, lequel de l'engagement ou du désinvestissement était plus efficace, 45 % des répondants au sondage de 2018 ont répondu l'engagement (comparativement à 8 % des répondants qui préfèrent le désinvestissement), ce qui montre que les investisseurs continuent de favoriser le dialogue avec les entreprises plutôt que de se concentrer uniquement sur la vente d'actions.

Présélection négative
Pour les investisseurs institutionnels qui procèdent à une présélection négative, les sociétés qui sont associées aux armes à sous-munitions et aux mines terrestres sont celles qui sont les plus susceptibles d'être exclues (75 % des répondants les ont exclues), suivies des sociétés associées aux armes en général (66 %), au tabac (60 %) et aux combustibles fossiles (42 %). En ce qui concerne la présélection négative touchant les sociétés liées aux combustibles fossiles, le sondage fait ressortir des écarts d'une région à une autre : elle s'applique peu au Canada (23 %) alors qu'elle est très populaire aux États-Unis (62 %), soit tout autant que la présélection négative touchant les armes et le tabac, et même un peu plus que pour les armes à sous-munitions. Au Royaume-Uni, la présélection négative est utilisée de façon plus générale.



* Toute référence à RBC GMA peut comprendre une entité ou plus parmi les suivantes : RBC Gestion mondiale d’actifs Inc. (y compris Services de placement PH&H - Phillips, Hager & North Investment Management),
RBC Global Asset Management (U.S.) Inc., RBC Global Asset Management (UK) Limited et la division de gestion d’actifs RBC Investment Management (Asia) Limited.