#MacroMémo

Sur notre radar cette semaine

Share




Chaque semaine, Eric Lascelles, économiste en chef de RBC Gestion mondiale d'actifs, fait le point sur l'actualité économique.


16 octobre - 20 octobre 2017

Le point sur l'ALENA  |  Le point sur quelques élections  |  À surveiller sur la scène politique cette semaine  |  L'économie canadienne faiblit


Le point sur l’ALENA

  • De toute évidence, les négociations sur l’ALENA ne mènent nulle part. Le fait que les négociateurs américains semblent présenter machinalement les propositions de la Maison-Blanche, mais sans vraiment les défendre ni se pencher sur les détails techniques sous-jacents, montre qu’il existe un risque important qu’aucun nouvel accord ne soit conclu.
  • Compte tenu du pessimisme croissant qui transparaît dans les propos d’anciens premiers ministres et des spécialistes des échanges commerciaux et les commentaires de participants actuels sous le couvert de l’anonymat, nous continuons d’augmenter notre estimation du risque que l’ALENA soit supprimé. Cette probabilité, qui n’était que de 15 % au départ, s’est accrue au fil des six dernières semaines, au point de devenir un risque énorme de 40 %.
  • Compte tenu des autres scénarios défavorables, la probabilité globale d’un résultat néfaste pour l’économie des négociations sur l’ALENA est de l’ordre de 50 %.
  • Regardons les choses sous un angle différent : seulement deux des quatre principaux scénarios que nous retenons (voir le tableau ci-dessous) laissent entrevoir la conclusion d’un nouvel ALENA. La probabilité globale est donc de seulement 30 %.
  • Les répercussions sur l’économie d’un des scénarios défavorables (en rouge) seraient, en théorie, un recul d’environ 0,8 % du PIB du Canada et de 0,4 % du PIB des États-Unis.


Le point sur quelques élections

  • Japon : Le premier ministre Shinzo Abe a surpris bien des gens en déclenchant une élection anticipée même si les sondages lui étaient défavorables. Or, il semble maintenant qu’il a fait preuve d’intuition puisque ses appuis se renforcent nettement, alors que ceux du nouveau Parti de l’espoir s’amenuisent après des débuts prometteurs. La montée du sentiment nationaliste attribuable à de récentes provocations de la Corée du Nord semble éclipser une vague précédente de scandales mineurs ayant éclaboussé les libéraux-démocrates. L’élection, qui sera tenue le 22 octobre, pourrait bien donner lieu encore une fois à une majorité qualifiée des deux tiers à la Chambre des représentants. L’obtention d’une majorité considérable serait très positive pour l’économie et les marchés du Japon puisque M. Abe a été, malgré plusieurs faux pas, une source de stabilité politique et de bons résultats économiques.

 

  • Élection en Autriche : Au final, l’élection tenue en Autriche la semaine dernière a été satisfaisante, étant donné que les centristes ont conservé les rênes du pouvoir. Les résultats ont toutefois été plus serrés que souhaité, car le parti d’extrême droite a recueilli une part considérable des voix (26 %). Il convient de souligner que l’Autriche a souvent été tentée par les options d’extrême droite. Par conséquent, elle ne reflète pas parfaitement la situation du courant populiste ailleurs dans la zone euro.

 

  • Catalogne : Le référendum récemment tenu étant fortement contesté à l’échelle nationale, le président de la Catalogne s’est abstenu de déclarer l’indépendance, mais il a exigé un dialogue avec le gouvernement fédéral. Madrid a rejeté cette demande, sommant plutôt la Catalogne d’indiquer d’ici jeudi ses intentions en ce qui a trait à l’indépendance. Si la Catalogne annonce qu’elle se sépare du pays, l’Espagne invoquera sans doute l’article 155. Cette loi lui permet de révoquer l’autonomie actuelle de la Catalogne et de déclencher une élection immédiate dans la région. Disons simplement que la situation est toujours très instable et qu’elle pourrait encore se détériorer. En fin de compte, nous ne pensons pas que la Catalogne accédera à l’indépendance, mais certains dommages économiques seront vraisemblablement causés dans le processus. Par ailleurs, il est possible qu’une élection nationale doive être déclenchée si la question entraîne l’éclatement de la coalition du premier ministre Rajoy.

À surveiller sur la scène politique cette semaine

  • Réductions d’impôts aux États-Unis : Grâce aux votes favorables obtenus à la Chambre des représentants et au Comité sénatorial du budget, le Congrès a avancé la semaine dernière sur la question du budget des États-Unis pour l’exercice 2018. L’ensemble du Sénat devra voter pour approuver son budget, puis commencera le difficile processus visant à aplanir les différences entre sa version et celle de la Chambre des représentants. Le succès de l’opération est loin d’être assuré, car le Sénat cible des mesures de stimulation budgétaire nettes de 1 500 milliards de dollars, tandis que sur ce point, l’objectif de la Chambre des représentants est nul (les réductions d’impôts seraient compensées par une baisse des crédits dans d’autres volets). À notre avis, les démarches aboutiront plus probablement à une solution qu’à une impasse, étant donné que la dernière proposition fiscale, proche de la version du Sénat, a été mise au point par un groupe de républicains influents issus des deux chambres du Congrès. Alors que de lents progrès conduisent peu à peu à ce but, nous continuons de croire que des mesures de stimulation fiscale seront adoptées en 2018 sous une forme ou une autre, selon une probabilité de 60 % (supérieure aux prévisions générales). Bien entendu, de telles mesures seraient positives pour les actions et la monnaie des États-Unis.

 

  • 19eCongrès national en Chine : Le Congrès national, qui a lieu tous les cinq ans pour définir les objectifs des cinq années suivantes, débutera le mercredi 18 octobre et devrait durer une semaine.  Plusieurs milliers de délégués se réuniront à Beijing pour choisir quelque 370 membres qui formeront le Comité central du parti communiste, lequel nommera ensuite les 25 membres du Politburo et le puissant Comité permanent du Politburo (CPP).  Cinq des sept membres actuels du CPP doivent obligatoirement prendre leur retraite, ce qui laisse de nombreux sièges à combler. La réunion est généralement considérée comme une fenêtre ouverte sur les objectifs et l’orientation des politiques de la Chine pour les cinq prochaines années, une occasion pour le président Xi de consolider son pouvoir et un indice sur l’identité du futur dirigeant du pays si M. Xi prend sa retraite à la fin de son second mandat en 2022, comme le veut la tradition. En ce qui concerne les attentes en matière de politique, la Chine devrait poursuivre les réformes visant les marchés financiers, mais semble beaucoup moins encline qu’il y a cinq ans à privatiser certains secteurs. Une fois la transition politique achevée, le gouvernement pourrait laisser la croissance fléchir légèrement en 2018 et recentrer son attention sur les excès de crédit (bien que les risques liés à ces excès semblent moins élevés qu’il y a quelques années). – Avec la contribution de Vivien Lee

L’économie canadienne faiblit

  • La croissance demeure forte à l’échelle mondiale. Le FMI a relevé sa prévision de croissance et les indices des surprises économiques sont en hausse aux États-Unis, dans la zone euro et au Japon.
  • L’économie canadienne fait toutefois bande à part : sa croissance commencerait à ralentir. Sur le plan mathématique, il s’agit presque d’une nécessité après deux trimestres où la croissance annualisée du PIB a atteint le niveau étonnamment élevé de 4 %.
  • Les éléments suivants renforcent l’hypothèse d’un ralentissement :

o   Le PIB a fait du surplace en juillet.

o   Les résultats de l’Enquête sur les perspectives des entreprises, qui ont été publiés cette semaine, dénotent un léger fléchissement.

o   Notre indicateur économique composite du Canada diminue (graphique ci-dessous).

o   La création d’emplois ralentit.

o   L’indice des surprises économiques au Canada est en baisse.

o   Les commentaires de la Banque du Canada indiquant que la croissance devrait s’essouffler et que son approche est maintenant tributaire des données.

 




2 octobre - 6 octobre 2017

Webémission mensuelle sur l'économie  |  Référendum catalan  |  Préoccupations entourant le stock de capital aux États-Unis  |  Trois volets de la politique budgétaire des États-Unis  |  Autres points intéressants


25 septembre - 29 septembre 2017

Faiblesse du dollar américain  |  Le point sur le durcissement de ton de la Réserve fédérale  |  Réformes fiscales aux États-Unis  |  Aperçu du PIB au Canada  |  En attente de précisions de la Banque du Canada  |  Tour d'horizon électoral


18 septembre - 22 septembre 2017

Webémission mensuelle sur l'économie  |  Regain d'inflation  |  Durcissement de ton des banques centrales  |  Politique américaine  |  Aperçu de l'élection allemande  |  Le point sur les ouragans  |  À venir


11 septembre - 15 septembre 2017

Webémission mensuelle sur l'économie  |  La Banque du Canada relève ses taux  |  Raisons de l'absence de corrélation entre le marché boursier et le PIB au Canada  |  Le bitcoin en tant que monnaie  |  Le point sur les ouragans  | Nouvelles diverses  |  La semaine prochaine





Déni de responsabilité

Regard Sur Les Placements Mondiaux

Cette publication trimestrielle présente des prévisions détaillées pour les placements mondiaux, ainsi que des nouvelles sur l’économie et les marchés des capitaux.

Pour en savoir plus >

Perspectives Actuelles

L'économie canadienne s'est révélée être le « petit train qui va loin». Lisez notre dernier commentaire sur le huard.

Pour en savoir plus